À l'Assemblée nationale 

Réforme des retraites : « Le temps du débat parlementaire est venu ! »

17 février 2020

L’examen du projet de loi visant à instituer un système universel de retraites a débuté aujourd’hui dans l’hémicycle. Les députés de l’opposition usent de toutes les procédures pour empêcher qu’aient lieu le débat.

  • Quelle est leur vision de la démocratique quand ils veulent empêcher la représentation nationale de discuter d’une mesure qui était dans le projet du candidat démocratiquement élu président de la République ?
  • Quelle est leur position de fond ? L’immobilisme ?
  • Quelle est leur vision de la justice sociale ? Empêcher l’instauration d’une retraite minimale pour les agriculteurs ? Empêcher la mise en place de nouveaux droits pour les aidants, les femmes, les chômeurs, les étudiants en stage ?

Retrouvez ma mise au point lors des débats :

Retraites - Motion référendaire

[Retraites] 📣 Les députés de l'opposition usent de toutes les procédures pour empêcher l'Assemblée nationale de débattre de la réforme des retraites.👉 Quelle est leur vision de la démocratique quand ils veulent empêcher la représentation nationale de discuter d'une mesure qui était dans le projet du candidat démocratiquement élu président de la République ? 👉 Quelle est leur position de fond ? L'immobilisme ?👉 Quelle est leur vision de la justice sociale ? Empêcher l'instauration d'une retraite minimale pour les agriculteurs ? Empêcher la mise en place de nouveaux droits pour les aidants, les femmes, les chômeurs, les étudiants en stage ? 🎬 Mise au point, hier, lors des débats ⤵

Publiée par Nathalie Avy-Elimas sur Mardi 18 février 2020

Le recours à une motion référendaire sur ce projet de loi ordinaire sonne comme un aveu d’échec des députés qui la sollicitent.

C’est l’ultime recours, refusant le débat et l’opposition constructive, vous vous drapez dans des procédures parlementaires pour faire obstruction à un projet de société qui a d’ores et déjà été soumis à l’approbation de nos concitoyens lors de l’élection présidentielle en 2017. En effet, l’instauration d’un système de retraites par points, la suppression des régimes spéciaux étaient écrits noir sur blanc dans le projet du candidat Macron, élu démocratiquement Président de la République.

Alors je m’étonne et je m’interroge. Pourquoi cette procédure n’a-t-elle pas été déclenchée par le groupe communiste lors de la réforme Touraine en 2013 alors même qu’elle ne figurait pas dans le programme de François Hollande un an auparavant !

Et quand bien même un référendum aurait lieu sur cette réforme, quelle position défenderiez-vous ? Celle du non ? Celle de l’immobilisme ? Celle de la conservation d’un système injuste et inégalitaire qui octroie des avantages démesurés à certains et oblige les autres à travailler toujours davantage ?

Est-ce cela votre vision de la justice sociale ? Ce n’est pas la nôtre.
Ainsi, vous souhaitez que les agriculteurs ne bénéficient pas d’un minimum de retraite à 1000 euros. Ainsi, vous ne souhaitez pas ouvrir des droits à la retraite aux aidants, aux chômeurs, aux étudiants en stage, aux femmes et aux plus fragiles d’entre nous ?

Le temps du débat, celui de la représentation nationale, est là. L’ordre du jour de l’assemblée nationale nous offre plus de trois semaines pour avoir un débat dense et constructif sur une réforme qui viendra structurer notre société.

Oui au pari de l’intelligence ! Il n’est jamais trop tard pour bien faire : ressaisissez-vous, saisissez ce débat !

Le groupe MoDem ne soutiendra pas cette motion.