À l'Assemblée nationale 

Question au gouvernement : « Pouvez-vous réaffirmer votre volonté farouche de consolider les droits familiaux dans le cadre de la réforme des retraites ? »

17 décembre 2019

À l’occasion de la séance des questions au gouvernement, j’ai interrogé Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, au sujet des droits familiaux dans le cadre du projet de réforme des retraites.

Je vous invite à retrouver le texte et la vidéo de cette question, ainsi que la réponse de la ministre :

QAG - Réforme des retraites et droits familiaux

[Droits familiaux] 🎙 A l'occasion de la séance des questions au gouvernement, j'ai interrogé Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, au sujet des droits familiaux dans le cadre du projet de réforme des retraites. 💬 Extrait : "Aujourd'hui, les femmes ont une retraite en moyenne inférieure de 42% à celle des hommes. Il est fondamental qu'à travers le projet de réforme nous fassions le nécessaire pour résorber ces inégalités. C'est le sens des mesures visant à majorer les droits acquis dès le 1er enfant, à attribuer des points dès le 1er jour du congé maternité, ou à garantir à la suite d'un décès, via la pension de réversion, un niveau de vie constant au conjoint survivant."Retrouvez ma question en intégralité ainsi que la réponse de la ministre ⤵

Publiée par Nathalie Avy-Elimas sur Mardi 17 décembre 2019

Du projet de réforme des retraites se dégagent trois grands principes.

⁃ L’universalité, en demandant à chacun de prendre une part juste à cet outil de solidarité nationale.

⁃ L’équité, en prenant en compte les périodes de maternité, la pénibilité et les difficultés que chacun est amené à rencontrer au cours d’une carrière.

⁃ La responsabilité, en veillant à ce que ce nouvel équilibre budgétaire permette de sauver notre système par répartition, pilier du modèle social français qu’il nous faut léguer aux générations futures.

Le MoDem tient à rappeler son plein soutien à cette réforme, lui dont le président défend depuis des années le principe d’une retraite à points qui prenne mieux en compte les spécificités de chaque métier et de chaque parcours.

Ceci implique, et notre groupe y est très attaché, que nous soyons particulièrement attentifs aux mesures prises à destination des familles.

Aujourd’hui, les femmes ont une retraite en moyenne inférieure de 42% à celle des hommes du fait, entre autres, des effets de l’arrivée et de l’éducation des enfants. Il est fondamental qu’à travers le projet de réforme nous fassions le nécessaire pour résorber ces inégalités.

C’est le sens des mesures visant, notamment, à majorer les droits acquis dès le premier enfant, à attribuer des points dès le premier jour du congé maternité, ou à garantir à la suite d’un décès, via la pension de réversion, un niveau de vie constant au conjoint survivant.

Néanmoins, certaines associations familiales nous ont fait part d’interrogations non satisfaites quant à la mise en œuvre de ces mesures et demandent que la concertation puisse être poursuivie.

Pouvez-vous, Monsieur le Premier ministre, les rassurer quant à la volonté farouche du gouvernement de consolider les droits familiaux et nous assurer que les discussions avec ces associations perdureront  ?