À l'Assemblée nationale 

Audition des représentants de l’Institut National du Cancer – 19 septembre 2018

19 September 2018

Audition des représentants de l’Institut National du Cancer – 19 septembre 2018 from Nathalie ELIMAS on Vimeo.

 

En commission des affaires sociales audition du professeur Norbert Ifrah, président du conseil d’administration et de M. Thierry Breton, directeur général de l ‘Institut national du cancer (INCa).

Au cours de cette audition, j’ai tenu à attirer l’attention sur un point qui me tient à cœur, celui des enfants atteints de cancer et leur prise en charge.

Dès lors, je vous invite à prendre connaissance par la suite de l’intégralité de mon propos : 

Monsieur le Président, je vous remercie pour la qualité de votre intervention.

Notre groupe tient à saluer l’ensemble des actions menées par l’INCa. Que ce soit dans la coordination et le soutien à l’innovation et à la recherche, dans la production et l’analyse de données mais aussi dans le travail pédagogique et de prévention, une entité telle que la vôtre est aujourd’hui plus que nécessaire pour continuer sur la voie du progrès dans la lutte contre cette maladie.

N’oublions pas l’indispensable partenariat avec les pouvoirs publics et politiques. Le cancer, est, encore aujourd’hui, une cause nationale !
Nous prenons bonne note de votre exposé, de vos indications et des orientations que vous souhaitez développer à court et moyen terme.

En outre, nous souhaitions attirer votre attention sur un point particulier qui nous tient à cœur : celui des enfants atteints de cancers et de leur prise en charge.

Chaque année en France, 2 500 enfants et adolescents sont diagnostiqués d’un cancer ou d’une leucémie, il existe une soixantaine de cancers qui font autant de maladies rares, et 500 enfants ou adolescent en décèdent, le cancer étant la première cause de mortalité des enfants par maladie.

Les cancers pédiatriques présentent des caractéristiques propres, ne se retrouvant pas dans les tumeurs de l’adulte et face à ce constat, les chercheurs alertent sur la nécessité de poursuivre les travaux de recherche spécifiquement orientés vers les cancers pédiatriques, afin de mettre en place des traitements toujours plus adaptés aux enfants.

On sait que les plans cancer ont mobilisé un financement de 38 millions d’euros sur la période 2007–2011, et nous saluons l’effort de recherche français.

Pourtant, moins de 3 % des financements publics sont consacrés à la recherche relative au dépistage et à la prise en charge des cancers pédiatriques.

Le plan cancer en vigueur a permis d’améliorer considérablement la prise en charge des enfants atteints de cancers notamment en doublant les essais cliniques, en améliorant la scolarisation de ces enfants durant la maladie ou à travers l’accueil des familles et des patients mais il y a encore à faire.

  • Comment pensez-vous que nous puissions garantir l’amélioration de la recherche pédiatrique, et en particulier la question essentielle de l’investissement public ?
  • Par quel moyen serait-il possible d’améliorer la prise en charge sociale et psychologique de l’enfant, notamment en favorisant l’entourage parental ?
  • Enfin, il me semble primordial d’améliorer les conditions d’accueil des enfants atteints de cancer. Pour cela, la formation à destination des personnels infirmiers et des médecins spécialisés en oncologie est déterminante. Quelles pistes envisagez-vous à ce sujet ?