Autres

Affaire Sarah – La députée Élimas élève le débat sur le consentement sexuel.

9 May 2018

La Gazette du Val d’Oise 09 mai 2018

« Si le projet de loi du gouvernement contient de nouvelles dispositions qui vont dans le bon sens en renforçant notamment les peines encourues en cas d’atteinte sexuelle sur mineurs de 15 ans, la proposition tant attendue fixant un âge minimum au consentement manque cruellement dans le texte », estime la parlementaire.

« Aucun mineur de 13 ans, n’est capable d’affirmer que l’acte sexuel avec un adulte est un choix motivé par sa maturité. Parce qu’il existe un écart d’âge, une asymétrie évidente dans les développements physiques, affectif et mental d’un majeur et d’un mineur, il faut dire, clairement et fermement que tout rapport sexuel d’un adulte avec un enfant est contraint, donc imposé. C’est un abus de faiblesse ! », défend la députée qui a ainsi déposé des amendements pour fixer deux seuils d’âge minimum.