En circonscription

Je salue le rassemblement des familles de la droite et du centre pour porter l’alternance en Ile de France

10 November 2015

Je porte avec conviction mes valeurs centristes et humanistes, et défends l’idée de rassemblements nouveaux, sans sectarisme, dans le respect de l’identité de chacun.

Face aux difficultés économiques, sociales et morales de la société française, les constats et les mots ne suffisent plus. Il est de notre responsabilité de surmonter les clivages et faire converger les projets et les valeurs vers une offre politique nouvelle.

Cette offre nous l’avons déjà mise en œuvre lors des dernières échéances électorales: lors des  élections municipales de mars 2014 ou des élections départementales de mars 2015.

Ces rassemblements, largement plébiscités, ouvrent une perspective nouvelle et constructive: c’est  ainsi que nous rebâtissons et redonnons espoir et confiance aux Français.

Il faut pour cela l’union de toutes les bonnes volontés, des femmes et des hommes courageux prêts à mener les politiques exigeantes et exemplaires indispensables au redressement de notre pays.

Chacune et chacun d’entre nous doit être promoteur de ces rassemblements construits, équilibrés, car la vie politique a besoin de tout sauf d’une pensée unique.

Soyons entrepreneurs, prenons toute notre part à la construction d’un cap, d’une vision claire qui réconcilie les Françaises et les Français avec la politique.

J’ai écrit ces mots il y a plusieurs mois déjà. Ma ligne et mon cap restent inchangés.

Je milite de toutes mes fibres pour l’union des forces, car l’union est la solution. Dans cet esprit et très naturellement je salue le rassemblement des familles de la droite et du centre pour porter l’alternance en Ile de France.

La tâche est lourde, les attentes des franciliens sont nombreuses. Notre responsabilité est d’apporter des réponses, de bâtir ensemble un projet pour une région responsable et efficace.

« Pour(…) vaincre Messieurs, il nous faut de l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace et la France est sauvée ».

Nathalie ELIMAS